Pourquoi les SUV c’est de la Merde.

Les SUV, c’est de la Merde. Acronyme creux paravent d’un concept encore plus creux, le sport utility vehicle, soit « véhicule sportif utilitaire ». Soit la rencontre malheureuse entre une Ferrari et une camionnette.

(Notons, en préambule préalable, qu’aucun artisan n’utilise ce genre de bagnole pour se rendre sur ses chantiers. Les représentants de commerce par contre…)

Les SUV donc, c’est de la Merde. Sur la forme comme sur le fond. Nous allons le démontrer tout à l’heure. Mais avant ça, un petit prélude pour se resituer :

Les SUV, c’est de la Merde, mais y a pas que ça qui est de la Merde. La bagnole individuelle en général c’est de la Merde. C’est très bien pour aller au ski, au supermarché ou pour faire des courses la nuit sur le périph’ entre potes, certes. Mais ça créée aussi les conditions d’une société où ta boîte d’intérim peut te demander d’aller bosser à 60 bornes de chez toi. Où la ville ça fait du bruit. Et où maintenant tes gosses ils font de l’asthme, du coup ils seront jamais champions olympiques (même si il paraît que Chris Froome, quadruple vainqueur du Tour de France qui a littéralement éclaté tous les records de Lance Armstrong, est asthmatique. Mais, en vertu du principe de précaution, nous refusons d’ériger cet individu en exemple pour la jeunesse). Bref, ça créée la civilisation de la bagnole. Et c’est globalement de la Merde. Mais bon, on n’était pas là quand ça s’est montée cette affaire (sinon, croyez moi, on aurait gueulé).

Le fait qu’absolument tout tourne grâce au pétrole c’est bien la Merde aussi. Mais ça nous emmènerait trop loin dans la discussion alors on va se cantonner aux SUV.

Les SUV, c’est de la Merde. Mais n’attendez pas ici une démonstration scientifique. Non, non, non, vous ne nous aurez pas à ce petit jeu là. Ou alors, juste vite fait :

les SUV sont la deuxième source de la hausse du niveau de Co² ces 10 dernières années.

– En 2018, si les SUV avaient été une nation, ils auraient été à la septième place parmi les plus gros pollueurs avec 700 mégatonnes de CO2, soit autant que le Royaume-Uni et les Pays-Bas réunis.

En 2008, en France, les SUV représentaient seulement 5 % des ventes. Douze ans plus tard, après un matraquage publicitaire incessant, leur part de marché est passée à 41 % des ventes.

En moyenne, ces véhicules consomment 15 % de plus qu’une voiture standard et émettent 20 % de CO2 supplémentaires. Ils pèsent 200 kilos de plus que les voitures classiques et mesurent 25 cm de long et 10 cm de large en plus.1

Lors d’un choc voiture/piéton à plus de 60km/h, le piéton survit 46 % du temps si il s’agit d’une voiture « normale ». Avec un SUV, le taux de survit tombe à 0 %.2

Petit encart où on fait des copier/coller d’articles écrit par des gens sérieux avec des vrais morceaux de sources dedans

Voilà les chiffres, voilà les preuves. Mais pour nous, là n’est pas vraiment le cœur problème. Les chiffres disent « les SUV, c’est comme des bagnoles, mais en pire ». Oui, certes, c’est de la merde. Mais le problème, c’est que les SUV, on les conçoit, on les fabrique, et on les vend ! (Et les gens achète. Ça aussi c’est un problème, mais plutôt secondaire. On y reviendra si on a le temps). Le problème, c’est que le progrès technique, dont on attend rien de moins que le salut de l’espèce et du monde, n’aboutit pas à la mise en circulation de voitures qui consomment 2 litres aux 100, ou qui roulent à l’huile végétale recyclée (alors qu’on sait le faire) ou encore à une infrastructure efficace et démocratique de transports en commun (on peut rêver). Non, ça aboutit à l’Audi Q7, 3,1 tonnes, un gabarit tellement grotesque qu’il te faut deux ou trois caméras vissées au cul de ta bagnole pour pouvoir faire une marche arrière sans risquer de tout arracher sur ton passage (et aussi parce que les caméras c’est un peu à la mode. Ça fait sophistiqué).

Nous y voilà. Les SUV c’est de la merde, mais c’est toujours pas le cœur du problème. Les SUV, c’est un MÉTAPHORE. Une sacrée métaphore de 2,5 tonnes en moyenne, mais une métaphore quand même. La métaphore qui dit que dans le système de production industriel actuel adossé au modèle du libre échange et de la loi du marché régit par l’individu consommateur averti et rationnel, eh ben on va pas y arriver…

Faut dire qu’on lui en demande beaucoup à cet individu consommateur averti et rationnel. D’un côté on lui dit que dans 15 ans on pourra faire griller des merguez direct sur les trottoirs et que le Groenland sera devenu une station thermale tellement il va faire chaud (et que c’est plus ou moins de sa faute). Et de l’autre, on susurre que si la consommation baisse alors la production baisse, alors le système industriel se casse la gueule et le système bancaire avec lui et que du coup, on va tous devenir tout maigre. Et, pour rajouter une couche, notre pauvre individu ne peut pas faire 20 mètres sans qu’on lui balance une image, très jolie, d’un SUV, très beau, qui roule tranquillement dans un silence d’église et un désert de véhicule, une ambiance digne de la Lozère en plein cœur d’une ville illuminée de mille feux, de LED parce que ça consomme moins. Même si on lui a aussi expliqué par ailleurs que les composants qui constituent le beau SUV, ça fait disparaître les rhinocéros et ça contribue massivement à la baisse du taux de chômage des enfants à travers le monde, ça reste tentant (et puis des rhinocéros, y en a pas chez nous alors…).

Nous, on trouve que ça fait beaucoup à endosser pour les épaules de l’individu ; aussi averti et rationnel soit il.

Parce que oui, on pourrait céder à la facilité, comme toi, qui lit ce texte, heureux.se propriétaire d’une Peugeot 205, d’une Ford Ka, d’une Renault 19 chamade ou d’une merde analogue que tu t’efforces de maintenir à flot (t’as même prévu une petite fête pour quand elle aura passé les 350 000. Pourvu qu’on sera déconfiné!). On te voit te dire, en toi même, que les SUV, c’est des bagnoles de connards, des bagnoles de riches, des bagnoles qui compensent un déficit quelconque et bla, et bla et bla… On sait bien que tu te dis ça, nous même on dit ça tout le temps. Ça soude l’équipe.

Mais c’est faux. C’est tellement faux… C’est à tel point faux qu’aujourd’hui (oui, aujourd’hui même!) en France (oui!), une bagnole neuve sur deux qui est achetée (ou vendu, si tu préfères), c’est un SUV. TOUT LE MONDE achète un SUV. Certes, on pourrait se réfugier derrière l’hypothèse paresseuse (que je défendais pourtant corps et âme durant mon adolescence regrettée) qui dit que « Tout le monde c’est des connards ». Mais, malgré la difficulté que représente la réfutation scientifique cette assertion, nous avons choisi de ne pas la retenir. Nous on pense que tout le monde c’est pas des connards, sinon on ne bosserait pas bénévolement dans l’associatif.

Et non, il n’y a pas que le cadre de chez BNP, décisionnaire et arrogant et hautain et dédaigneux et méprisant et suffisant et crâneur infatué et même outrecuidant qui a un SUV. L’infirmière qui vient prodiguer les soins à domicile à ma grand-mère elle a un SUV. Et un gros ! Un Renault Captur je crois (2,7 tonnes). C’est tellement énorme que quand elle en sort, on croirait Cléopâtre descendant de son trône à porteurs. Et le département où le SUV se vend le mieux, c’est l’Oise et sa belle ville de Beauvais. Dans le top dix, il y a l’Yonne, la Haute-Corse, le Cantal, le Pas de Calais, tous occupent deuxième partie du tableau des départements les mieux dotés du pays (source : BFMTV.com, alors il n’y a pas lieu de douter). Enfin voilà quoi, vous avez saisi l’idée, c’est tout le monde qui achète des SUV, comme on l’avait écrit 13 lignes au-dessus.

Tout le monde achète le SUV parce que l’industrie automobile (eux c’est les méchants, on les exècre), et l’État (on aime pas trop non plus, mais on garde espoir, on est dans l’associatif) poussent à la roue pour qu’on en veuille et qu’on en achète. Et ça marche. A grand coup de prime à la casse, de crédits à taux zéro et de pubs (le saviez vous : quand vous achetez un véhicule neuf (tous modèles confondus), le coût du marketing et de la communication pèsent 1500€ du coût total du truc. Vous payez votre caisse 1500€ plus cher pour financer la pub qui vous donnera envie d’en acheter une autre. Plénitude esthétique…). Voilà, on aurait presque envie de dire « c’est pas beaucoup plus compliqué que ça ».

Et pourquoi c’est des SUV plutôt qu’autre chose ? Et bien, c’est à cause de l’Effet Rebond pardi ! (Dernier point parce que j’en ai marre).

L’Effet Rebond : c’est une loi économique (tout l’inverse d’une loi naturelle donc) qui dit que, dans un système économique capitaliste avec loi du marché libre concurrence non-interventionnisme de l’État etc etc. … les gains de performances et les réductions des coûts de la production (grâce au progrès par exemple. Cf : le travail des ingénieurs de chez nous et aussi des enfants de là-bas) ne sont pas mis au service d’une économie plus sobre et frugale mais plutôt d’un accroissement de la production. Ça se joue au niveau individuel et au niveau industriel.

Au niveau individuel, ça veut dire que, par exemple, si on proposait à la vente une voiture qui consomme 1 litre aux 100 plutôt que 10, et bien nous, les individus, on aurait plutôt tendance à rouler 10 fois plus plutôt que d’économiser nos sous.

Au niveau industriel, ça veut dire que, par exemple, à chaque fois qu’une équipe de géniaux ingénieurs allemands (même quand ils trichent, ils sont géniaux) trouvent le moyen d’augmenter les performances d’un moteur sans pour autant augmenter sa consommation de carburant, et bien le constructeur d’automobile (qui est une vraie crevure), il n’en profite pas pour diminuer le poids du véhicule pour le rendre moins cher et soulager un peu Terre Mère. Non, il augmente le poids du véhicule en y ajoutant des gros pneus, des caméras partout, un ordinateur de bord plus intelligent que toi, des sièges chauffant qui se moulent exactement aux dimensions de ta scoliose (ce qui adoucit quelque peu la vexation générée par l’ordi plus malin que toi), un porte-gobelet auto-porté par des vérins hydrauliques, un écran 16 pouces dans le siège arrière pour assurer la diffusion de contenu éducatif pour les enfants qui sont les ingénieurs de demain, le système « tubo-sport intuitive road experience » qu’on sait même pas ce que c’est mais pour le déclencher il faut appuyer sur le bouton rouge et que ça, ça fait toujours plaisir. Et de mille autres petites choses qui sont autant de joies de l’aventure Moderne.

C’est ça, l’Effet Rebond. Et ça marche avec tout. Les smartphones, les télé, les yachts, les fusées d’Elon Musk…

Alors, ramassons nos arguments et concluons. Les SUV c’est de la merde parce que :

C’est factuellement de la merde

– C’est un bon témoin d’époque pour entrevoir une merde d’un niveau supérieur encore.

– Ça montre que le progrès ne vaut que si il est bien orienté (dans notre sens, donc)

– Ça révèle nos facettes les plus basses et nos instincts les plus vils. Notre faible résistance individuelle face aux trompettes de la réclame et notre attirance coupable et puérile pour le confort tiède et ludique.

Face à cette démonstration aussi limpide qu’implacable, nous attendons que les autorités traduisent en acte la rationalité de laquelle ils se réclament en permanence et cessent immédiatement la fabrication et la commercialisation de tous les SUV. De même, elles devront procéder à la réquisition de tous les SUV en circulation et au dédommagement de leur propriétaire. Les véhicules confisqués seront reconditionnés en logements pour celles et ceux qui en ont besoin.

Il ne saurait en être autrement.

La semaine prochaine, on parlera de la 5G, salut !

1« Les SUV à contresens de l’histoire » in Reporterre, octobre 2020.

2 « Sécurité Routière : les SUV plus dangereux pour les piétons » in automobile-sportive.com citant une étude du Insurance Institute for Highway Safety (IIHS), juin 2020.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *